ALLIA // DIJON MÉTROPOLE modernise son UVE avec l’aide d’ALLIA

DIJON METROPOLE dispose d’une Unité de Valorisation Energétique (UVE) permettant de traiter les déchets de 95% des habitants de Côte d’Or, en les convertissant en énergie. Cette UVE est constituée de 2 lignes de fours de capacité 9,1 t/h pouvant traiter jusqu’à 140 000 tonnes de déchets par an.

Décidé à améliorer le process de l’installation et des capacités de production thermique, DIJON METROLE, épaulé par le Cabinet Merlin, a alors lancé un appel d’offre pour trouver le partenaire qui lui permettra d’optimiser la récupération d’énergie de l’UVE en vue de fournir un maximum d’énergie thermique au Réseau de Chauffage Urbain (RCU). ALLIA a naturellement répondu, puis remporté ce projet grâce à une réponse complète, adaptée et optimisée.

Mise en place des échangeurs RCU

Remplacement des échangeurs fumées/fumées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour répondre à cette demande, ALLIA a décomposé son offre en deux parties distinctes :

  • La mise en œuvre de 2 échangeurs vapeur de 10 MWth, chacun en complément de l’existant raccordé sur le RCU DIJON METROPOLE.
  • L’augmentation du débit vapeur en entrée de la turbine existante par la modification des échangeurs fumées/fumées du traitement des fumées permettant l’arrêt de la consommation vapeur de l’échangeur fumées/vapeur.

La mise en place des nouveaux échangeurs vapeur a permis à DIJON METROPOLE de tripler sa production actuelle d’énergie thermique. Cette augmentation de capacité implique bien sûr des modifications de production vapeur basse pression, à la turbine et à son secours. La production était jusqu’alors de 21t/h de vapeur basse pression (5 bar), ALLIA est parvenu à doubler cette capacité en proposant une installation pouvant aller jusqu’à 56t/h à la même pression. Pour atteindre ce résultat, toute l’équipe projet a étudié et mis en place un nouveau cheminement de la vapeur afin de correspondre aux nouvelles contraintes de l’installation.

Ces nouvelles contraintes ont imposé à certains équipements d’être modifiés ou remplacés. Par exemple, la modification des réchauffeurs d’air qui alimentent les chaudières, ou encore la mise en place d’un réseau enterré pour le RCU. L’implantation d’un nouveau barillet 5 bar en DN800 réalisé dans l’atelier d’ALLIA a également fait partie de la réussite du projet. Ce dernier permet désormais d’alimenter les deux nouveaux échangeurs vapeur et les réchauffeurs d’air, mais également de distribuer la vapeur reçue par la nouvelle extraction turbine, soit un débit de 56t/h à 5 bar, acheminé par 30 mètres de tuyauterie en DN500.

Mise en place du nouveau barillet

Quelques chiffres :

  • Budget : 3.4 millons d’euros
  • Durée : 1 an
  • Heures d’études : 3 500 h
  • Heures de fabrication Atelier & Chantier : 8 000 h
  • Chantier : 9 mois sur place
  • Personnes : 20 max sur le chantier
  • Accident : 0
  • Production : de 9MW, nous passons à 29MW d’énergie thermique
  • Soutirage : de 21t/h nous passons à 56t/h de vapeur 5 bar